Les frères Valič à propos de la Rook2
26 April, 2016

Interview des frères Valič par Marcus King

Nous avons essayé de tirer les vers du nez du département recherche et développement Triple Seven.
 

Le bord d'attaque de la Rook 2 est très solide et permet à la voile de faire bloc. Comment est-ce obtenu ?
Certains seront surpris d'apprendre que cela a peu à voir avec notre technologie BPI [sharknose]. Avec la Rook 2 nous avons conçu une nouvelle distribution des tensions dans la corde et au long de l'envergure qui permet d'arriver à un bord d'attaque vraiment solide en optimisant la circulation d'air à travers les chambres supérieures et inférieures.
 
Il m'a semblé que la transmission d'infos se fait moins à travers les freins que pour d'autres B sportives. Pourquoi vos ailes sont-elles conçues ainsi ? 
Les parapentes les plus efficaces transmettent toujours plus par les élévateurs que par les freins. Nos ailes sont conçues pour amortir ou corriger seules les turbulences par leur propre synergie entre les caractéristiques de leur construction et leurs qualités aérodynamiques. Toute correction au frein intervient au détriment de la performance globale et donc pour la Rook2 nous avons suivi le fil directeur consistant à avoir la très exacte réponse en tangage à l'air environnant, qui permette de continuer à monter de la meilleure manière possible. Notre longue expérience de la compétition nous a montré que les ailes qui demandent beaucoup d'actions de pilotage, que ce soit en thermique ou durant les planés ne sont jamais les plus efficaces.
 
Avec seulement une infime augmentation d'allongement, comment avez-vous réussi à augmenter les performances de la nouvelle aile ?
Il nous semble que cela a énormément à voir avec la propreté générale aérodynamique de la voile ainsi que sa construction interne sophistiquée. Nous avons énormément travaillé sur la répartition des charges dans la voile avec un placement intelligent des bandes de tension et des diagonales pour une parfaite tension des surfaces. Ce qui a abouti à un comportement optimal en aérologie active. Et qui fait de la Rook2 un des parapentes les plus performants sur la marché.
 
Utilisée en bas de fourchette, il m'a semblé manquer d'autorité en virage. Quelle charge recommandez-vous pour la Rook 2 ? Et y-a-t-il des différences entre les tailles ? 
La Rook 2 peut être utilisée dans toute sa fourchette. Mais évidemment en fonction des conditions dans lesquelles vous volez, votre poids optimum peut varier. Par exemple pour la MS (26 m2) dans les conditions les plus fortes, nous conseillons de voler à partir de 90 kg ; pour des conditions plus douces, vous pouvez sans problème utiliser toute la fourchette.
La voile semble particulièrement efficace en montée.
Oui, une fois de plus c'est le résultat de plusieurs modifications de sa structure. Qui vont de la construction interne à sa forme globale en passant par la distribution des tensions. Tout ceci étant les pièces d'un puzzle qui correctement assemblées aboutissent à cette bête à thermiques qu'est la Rook2.
 
A l'accélérateur la voile ne nécessite que très peu de contrôle mais de nombreux pilotes aiment utiliser le pilotage aux arrières. Quels sont vos conseils pour piloter l'aile en vol accéléré ?
Nous en revenons toujours au fait que les 3 lignes ou plus ne peuvent pas être pilotées efficacement aux C. Il y a eu beaucoup d'effet de mode en ce qui concerne le pilotage aux arrières, mais les pilotes sont en train de doucement se rendre compte que  que le pilotage aux arrières essentiellement déteriore la forme du profil. Pour ceux qui aiment reposer leurs mains et sentir la voile à travers elles, nous conseillons de plutôt tenir les B qui offrent un meilleur appui que les C. De plus, vous pouvez vous diriger et aussi piloter le tangage avec de légères actions aux B, d'une manière qui déforme moins le profil qu'avec les C.

Other news

03.11.2017
26.09.2017